Accueil » Le Récap du 16/10/2020

Le Récap du 16/10/2020

ECONOMIE

  • Les 20 % des Français les plus aisés détiennent les deux tiers de l’épargne accumulée depuis le confinement par les Français. A l’inverse les 20 % des ménages les plus modestes n’ont pas réussi à épargner plus que d’habitude entre mars et août, et se sont même globalement endettés. (source)
  • Le ministre de l’économie Bruno Le Maire annonce que le gouvernement « ne [demandera] pas de contreparties [aux entreprises] à la baisse des impôts de production » (source)
  • La France continue de plaider devant l’Europe pour minimiser la taxe sur les transactions financières, s’opposant ainsi aux propositions d’eurodéputés d’autres pays qui cherchent à la rendre plus ambitieuse (source)
  • Dans un « Tableau de bord de l’attractivité de la France » le gouvernement s’enorgueillit de la faible progression des salaires en 2018, la 2ème plus faible parmi les 12 pays d’Europe étudiés (source)
  • Contrairement à ce que ont annoncé E. Macron et le premier ministre Jean Castex, tous les bénéficiaires des ARS et des APL ne toucheront pas une aide supplémentaire de 150€ : les personnes bénéficiant des APL sont exclues de ce dispositif de prime de 150€, même si elles sont bénéficiaires des ARS. (source)
  • En conséquence, et contrairement à ce qu’ont annoncé E. Macron et le premier ministre Jean Castex, les 18-25 ans ne seront pas « largement bénéficiaires » de cette aide (ils sont majoritairement aux APL et sans enfants, ne bénéficiant donc pas non plus d’une aide de 100€ par enfant) (source) (source)

SANTE

  • Contrairement à la promesse du ministre de la santé Olivier Véran qui avait promis en juin »12 000 lits de réanimation qui pourraient être disponibles« , le même Olivier Véran annonce que seuls 5800 lits seraient disponibles. E. Macron annonce qu’il n’y a « pas de lits en réserve » (source) (source) (source) (source)
  • E. Macron annonce un « couvre feu » entre 21h et 6h du matin dans plusieurs grandes villes de France, concernant environ 20 millions de personnes, ainsi qu’une « règle » de « 6 personnes maximum » (source)
    • Pas exempt de contradiction, les français sont par ailleurs pourtant invités à se rendre au travail, et à emprunter les transports en commun pour s’y rendre. De même, la « règle de 6 personnes » s’appliquera uniquement à la sphère privée et aux loisirs, mais ne s’appliquera pas à la sphère professionnelle (source) (source)
    • Les efforts demandés sont ainsi uniquement concentrés sur le sphère privée et sociale, considérés par E. Macron comme « contacts inutiles« , puisque selon lui « on se socialisera, mais au travail. » (source) (source)
    • Pourtant, aucun chiffre n’est disponible pour affirmer que le cercle privé est une source de contamination importante. En effet, la France ne dispose toujours pas de la capacité à connaître ses lieux de contaminations : l’origine de plus de 90% des cas est inconnue (à l’inverse, les rares cas connus pointent actuellement au contraire l’importance des contaminations au travail et à l’école) (source) (source)
    • Aucune mesure n’est prise concernant le recrutement de soignants, ou la création de lits d’hospitalisation (source)
    • De son côté, l’Allemagne a annoncé un plan d’investissement de 500 millions d’euros jusqu’en 2024, en soutien à l’amélioration des systèmes de ventilation dans les bâtiments publiques et lieux de rassemblement afin de lutter contre les risques de contamination par aérosols. A titre expérimental, des purificateurs d’air sont installés dans des classes (source) (source)
    • Sur ce sujet, E. Macron s’est contenté d’inviter les français à « aérer son logement » (source)
  • Les masques distribués aux enseignants par le ministère sont traités à la zéolithe d’argent, un biocide qui pourrait être toxique pour la santé humaine selon le type et les quantité utilisés – sans qu’il soit possible de l’affirmer avec certitude actuellement (source)

JUSTICE

  • Comme pendant le confinement, le non respect du « couvre-feu » entrainera des amendes croissantes en cas de « récidive » : le constat de réitération de l’infraction est soumis au seul contrôle de policiers, au risque de décisions arbitraires sans contrôle d’un juge (source)

AFFAIRES

  • Déjà en position de conflit d’intérêt dans au moins deux dossiers, le ministre de la justice Eric Dupond-Moretti se voit au centre d’un nouveau conflit d’intérêt : alors qu’il était tout juste nommé ministre, il a demandé l’ouverture d’une enquête pré-disciplinaire contre un juge anticorruption avec qui il s’était opposé dans le cadre de ses précédentes activités d’avocat (source)

LIBERTES

  • Le Sénat valide à son tour l’extension de l’usage des « boites noires« , au moment même où ces dispositifs viennent d’être dénoncés par la Cour de justice de l’Union européenne (il s’agit de dispositifs analysant de façon automatisée l’ensemble des communications circulant sur un point du réseau, et dont l’utilisation avait initialement été permise à titre expérimental au prétexte des « menaces terroristes« ) (source)
  • Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin prévoit également une nouvelle loi renseignement, dans laquelle il sera question d’autoriser de façon pérenne ces « boites noires » sans limitation de durée (source)
  • Les députés LREM (et alliés) déposent une proposition de loi susceptible d’entraîner plusieurs régressions quant aux libertés : (source)
    • Elle prévoit de punir d’un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende le fait de diffuser le visage (ou tout autre élément d’identification) d’un policier ou d’un gendarme, quand cela est fait « dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique« . Mais le texte est suffisamment large pour pouvoir potentiellement être utilisé contre la diffusion de vidéos de violences ou d’interventions policières (source)
    • Elle prévoit également de fournir un cadre légal pour pouvoir autoriser la captation d’images de citoyens par des drones. Les cas d’autorisations envisagés sont tellement larges qu’il n’y aurait pas réellement d’exception (source)

ECOLOGIE

  • Au moins six propositions de la Convention citoyenne pour le climat ont été repoussées en commission par les députés lors de l’examen le projet de loi de finances pour 2021. (source)